top of page
Rechercher

Est-ce que je veux (vraiment) guérir ? (Troubles du comportement alimentaire)


Parfois, nous sommes installées dans la maladie depuis plusieurs mois voir années, cela nous semble à première vue une évidence que nous aurions aimé ne pas être touchées par les TCA et que nous souhaiterions guérir. Mais lorsque nous creusons plus en profondeur cette question, nous réalisons que ce n’est pas si évident.


Je me souviens être passée par une phase de remise en question où le temps de fuir était terminé, je voulais être vraie avec moi-même : «Est-ce que je veux vraiment guérir ou est-ce que je veux rester dans la maladie qui sous certains aspects semble m’apporter un confort ou, autrement dit me permet de ne pas faire face à certaines situations ?»


Quelques exemples de ce que la casquette des TCA peut nous faire croire :


« Si tu guéris...

- ...ton entourage ne prendra plus soin de toi

- ...tes émotions vont revenir et elles vont être ingérables

- ...ton corps va changer et tu ne l’aimeras pas

- ...tu vas à nouveau subir l’abus (sexuel) car ton corps va reprendre ses formes de femme

- ...tu n’auras plus d’aide financière et tu vas galérer

- ...tu vas devoir prendre tes responsabilités en tant qu’adulte et tu ne vas pas y arriver

-...»


Dans ces quelques exemples, la réalité est la suivante :


- Tu n’as pas besoin d’être malade pour que ton entourage prenne soin de toi et t’aime.


- Oui tes émotions vont revenir mais les gérer est un apprentissage et c’est plutôt chouette de pouvoir exprimer ce que nous ressentons au plus profond de notre cœur, nous vivons ainsi une vie abondante et légère. Quel soulagement de pouvoir rire quand nous sommes dans la joie, pleurer quand nous sommes tristes, mettre des mots et parler quand nous sommes en colère ou que nous sommes offensés (sans pour autant manquer de maîtrise de soi) etc.


- Oui ton corps va changer et tu vas apprendre à l’aimer ! Quel chemin de réconciliation formidable. Ton corps ne sera plus ton ennemi mais ton ami, un partenaire de vie qui va t’aider et avec lequel tu vas coopérer à chaque instant.


- Oui ton corps va reprendre ses jolies formes de femme mais cela n’implique pas qu’il sera abusé à nouveau. Pour éradiquer cette peur et guérir, il est important que tu puisses te faire aider et traiter en profondeur si tu as vécu le traumatisme de l’abus.


- Peut-être que tu n’auras plus d’aides financières mais sache que l’argent n’est pas une sécurité et que même si tu en possèdes, tu peux tout perdre du jour au lendemain. Tu entres dans une nouvelle période de ta vie dans laquelle tu vas pouvoir reprendre des responsabilités, peut-être que tu peux chercher un travail. Demande à certaines personnes de t’accompagner sur ce plan afin de progressivement retrouver un rythme de vie normal.


- La période de l’enfance est révolue, tu as grandi et tu es appelée à t’épanouir dans une vie d’adulte. Cela ne veut pas dire que tu ne pourras plus rire, t’amuser, danser, chanter, te sentir protégé, être dans l’instant présent… Parfois, nous avons cette image de l’enfance rimant avec insouciance où tout allait bien et où on ne se préoccupait pas de l’après. Savais-tu que tu peux vivre ce même état de bien-être en tant qu’adulte ? Alors oui, nous avons davantage de responsabilités et un planning à gérer mais notre état intérieur ne devrait en aucun cas déprendre des circonstances extérieures.



Tu l’auras compris, tu n’es pas appelée à rester prisonnière de la maladie et tu n’es pas censée apprendre à vivre avec. Tu peux guérir complètement.


Aujourd’hui, je veux t’encourager à être vrai avec toi-même. Je suis passée par cette phase de remise en question et elle m’a aidé à me positionner pour ce que je désirais au plus profond de mon cœur : sortir de cette maladie. J’avais le choix entre rester dans ma prison ou en sortir. C’est certain, en sortir demande de passer par quelques étapes inconfortables mais le résultat est une explosion de joie, de couleurs et de saveurs.



C’est donc parti d’un choix et je ne l’ai plus remis en doute par la suite : Je veux guérir, je choisis la vie.


Peux-être que tu as des peurs et des doutes, et c’est ok, mais pose toi tout de même la question : Est-ce que je veux guérir des TCA ? Quel positionnement je veux prendre ? Suis-je prête à renoncer à ce que la maladie veut me faire croire ?





62 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


Heading 2

bottom of page