top of page
Rechercher

J’ai peur… Où plaçons-nous notre sécurité ?

Dernière mise à jour : 29 sept. 2022

Lors de mes vacances, j’ai dû prendre le ferry comme moyen de transport. À bord, tellement de matériels mis en place afin de garantir notre sécurité dans le cas où le bateau serait amené à couler. Des canots de sauvetage sur tous les ponts, des bouées, des cordes et des gilets de sauvetage. Des pancartes sur toutes les portes des cabines de chambre nous indiquant la marche à suivre en cas d’accident. Et encore tant d’autres choses auxquelles je n’ai pas fait attention !

Si le bateau serait amené à couler, est-ce que tu utiliserais tout ce matériel pour être sauvé ? Est-ce que tu ferais confiance à l’équipage en suivant leurs instructions malgré la panique à bord ?


Dans nos vies, notre Créateur met à disposition un tas de dispositifs pour nous mettre en sécurité, Il est lui-même la sécurité ultime. Mais parfois, têtus comme des mules, on refuse cette sécurité croyant pouvoir s’en sortir par nos propres forces, croyant pouvoir se sécuriser nous-mêmes. Nous plaçons notre confiance et notre sécurité dans des choses matérielles et instables qui au moindre coup de vent sont balayées.


Si nous commencions à couler, prendrions-nous la main de Dieu pour être sauvé ? Lui ferions-nous confiance malgré la tempête que nous sommes en train de traverser ?


Les TCA sont une conséquence de la combinaison de plusieurs facteurs et l’un de ces facteurs est l’insécurité : peur de grandir, peur des responsabilités, peur d’être une proie dans ce monde rempli de dangers, peur d’être blessée, peur d’être qui on est, peur de mourir, peur qu’il nous arrive quelque chose, peur de ne pas y arriver, peur de subir l’abus à nouveau, peur des hommes…


Nous nous mettons à manger de moins en moins, à se priver de plus en plus, pour se protéger du monde hostile qui nous entoure. Comme si les TCA étaient des super-héros et pouvaient nous protéger de tout. Petit à petit, nous ne mangeons plus, mais c’est lui qui nous mange. Les jours passent et nous sommes coupées de nos émotions, de notre corps et du monde. Nous avons cette sensation très agréable d’être légère/léger, tout(e) petite/petit, presque inexistant(e), nous nous réjouissons d’être presque transparent(e), nous croyons que personne ne nous voit. En réalité, notre cœur est lourd, très lourd, il crie de détresse à la recherche de sécurité, la vraie sécurité. Il bat encore mais parfois, il s’arrête, nous laissant croire un instant que c’est fini, puis, contre toute attente, il repart. Tout à coup, il bat plus vite, lançant un appel ultime au secours. Va-t-il trouver sécurité, amour inconditionnel et réconfort ?


Les TCA sont une fausse sécurité qui nous fait glisser sur la pente de la mort.

L’anorexie mentale était ma bouée de sauvetage, je croyais qu’elle allait me sauver. Mais à chaque fois que je tendais le bras pour l’attraper, c’est comme si tout à coup, elle disparaissait. Le sauvetage se transformait en noyade. La bouée n’était en fait qu’une illusion, un espoir placé dans quelque chose qui ne pourra jamais me sauver. Pire encore, dans quelque chose qui allait me tuer. Mais alors, comment s’en sortir ?





Après plusieurs années, pour la première fois, j’ai cessé de tendre le bras pour attraper cette bouée. J’ai cru que j’allais couler. Au début, ça coûte tellement de lâcher quelque chose sans savoir ce qui va venir après, sans savoir si ça sera mieux ou pire. C’est coûteux, mais ça vaut tellement la peine. Tu as du courage, tu vas y arriver !








Je n’ai pas coulé, j’ai tendu le bras mais ailleurs cette fois, mon cœur criant à Dieu : « Si tu existes, c’est le moment d’intervenir. » Et Il l’a fait. C’est quoi la première chose qu’Il a fait ? Il m’a sorti de l’eau et mis en sécurité sur le rivage. Il m’a parlé, réconforté, encouragé, aimé. Mon cœur, tellement vulnérable à ce moment-là, s’est laissé remplir de l’amour inconditionnel venant du Créateur. Comme un père est censé prendre soin de ses enfants et les mettre en sécurité, Dieu assure ce rôle pleinement pour chacun d’entre nous si nous le laissons faire, si nous lui faisons confiance.


Puis de jour en jour, Il m’a montré à quel point Il était un rocher stable et solide auquel je pourrai toujours m’accrocher. L’insécurité ne fait pas partie de qui Il est. Cela fait maintenant 5 ans que je suis guérie de l’anorexie mentale. À chaque fois où je sens l’insécurité et la peur toquer à ma porte, je ne les laisse pas entrer et je cours me réfugier dans les bras de Dieu où je trouve sécurité et réconfort. Enfouie dans ses bras, je n’ai plus peur, mon cœur est apaisé. Dieu me parle, me rappelle ses promesses, me rappelle qu’Il m’a sauvé pour l’éternité. Il ne m’abandonnera jamais. Si les événements dramatiques de ce monde continuent de se produire, je peux courir à chaque instant auprès du Seigneur, Il apporte joie et sécurité à mon cœur.


Sois remplie de courage pour lâcher cette fausse sécurité que sont les TCA, tu vas y arriver. Si Dieu est intervenu avec moi, Il le fera aussi avec toi si tu remets ta vie entre ses mains. Il apportera sécurité à ton cœur, stabilité à ton âme, réconfort à ton corps et paix à ton esprit.



69 vues0 commentaire

Comentarios


Heading 2

bottom of page